- Mouvement national des précaires de l'Éducation Nationale -

- Mouvement  national des  précaires de  l'Éducation Nationale -

- Former un-e future collègue NON, refusez !

AESH, EVS, Assistant-e éducation, refusez de former votre remplaçante ou un-e future collègue

C’est indécent, choquant, inadmissible. Encore un comportement abusif de la part de l’Éducation Nationale, de certains directeurs et directrices, de certains proviseurs, qui utilisent les EVS, AESH, Assistant-e éducation sous toutes les formes d’emploi et de fonctions et se dédouanent, en même temps, des responsabilités qui leur incombent. Les EVS, les AESH, les Assistant-e-s éducation n’ont pas vocation à former leurs collègues entrantes ou futures, elles/ils ne sont pas payées pour ça et ce n’est ni écrit dans leur convention ni dans leur contrat de travail... ni dans les textes de loi ! La plus part des EVS, AESH, Assistant-e-s éducation ne souhaitent qu’une seule chose : c’est de conserver leur poste qui leur échappe dans la plus grande injustice s'agissant de celles et de ceux qui sont virées ! Le ministère de l’Éducation Nationale devrait adopter une attitude respectueuse vis à vis de ces salarié-e-s qui s’investissent totalement dans leur travail et qu’il jette, sans état d’âme, quelques mois ou années plus tard, pour les remplacer par d’autres futures victimes qui ne le savent pas encore à la prise de leur nouveau poste.

- Comment qualifier ce ministère qui n’oblige même pas les EPLE, les DSDEN, les DASEN à exécuter leurs obligations légales liées aux CDD : la formation, l’accompagnement et le suivi du salarié-e concerné-e, salarié-e-s en contrat précaire avec le temps partiel imposé et sous-payé, il ne faut pas l’oublier ! Quel mépris affiché contre les salarié-e-s précaires !

L'Article R.5134 39 du Code du Travail : les missions des tuteur sont les suivantes :

1. Participer à l’accueil, aider, informer et guider le salarié en contrat d’accompagnement dans l’emploi

2. Contribuer à l’acquisition de savoirs faire professionnels

3. Assurer la liaison avec le référent mentionné à l’article R-5134-37

4.Participer à l’établissement de l’attestation d’expérience professionnelle prévue à l’article L.5134- 28-1 avec le salarié concerné et l’employeur..

• Lire l'article en entier >>>

 

Rémunération des tuteurs dans l'éducation nationale 

Les tuteurs sont obligatoirement des professionnels reconnus et sont rémunéré-e-s pour cette fonction. Les tuteurs n'existent pas chez les AESH, ce n'est pas prévu dans les textes de loi.

Entre 800 et 1250 euros pour les enseignants encadrant des professeurs stagiaires ou des étudiants 

Les enseignants qui encadrent de futurs enseignants ou de jeunes professeurs toucheront entre 800 et 1250 euros par an, précise le Journal officiel du 10 septembre. Une vague de décrets et d'arrêtés fixent les montants. Ainsi un conseiller pédagogique du 1er degré percevra une indemnité de fonction de 1000 euros par an. Dans le second degré, un formateur académique ne bénéficiera que de 834 euros par an. Les tuteurs des enseignants et personnels d 'éducation du premier et second degré toucheront 1250 euros par an. Les conseillers pédagogiques départementaux d'EPS percevront 2500 euros annuels. L'ancien décret de 2010 sur l'accueil des étudiants se destinant aux métiers de l'enseignement est abrogé.

•• En savoir plus  >>>

•• Le code de l'éducation précise : Art. L. 124-9 : - L'organisme d'accueil désigne un tuteur chargé de l'accueil et de l'accompagnement du stagiaire. Le tuteur est garant du respect des stipulations pédagogiques de la convention prévues au 2° de l'article L. 124-2. « Un accord d'entreprise peut préciser les tâches confiées au tuteur, ainsi que les conditions de l'éventuelle valorisation de cette fonction".


ET VOUS ?

Avez-vous reçu toutes les formations et stages auxquels vous avez droit ? Êtes-vous  rémunéré-e pour vos temps de déplacement entre 2 établissement scolaires si vous exercez sur 2 ou plusieurs établissements scolaires ? Vos frais de route vous sont-ils remboursés ?

•• Allez voir  >>> 

Savez-vous que le DSDEN/DASEN/EPLE peuvent vous diminuer votre quota horaire selon les "besoins des services" dès que vous êtes cédéisée après un an en CDI, ou même en CDD avant la cédéisation, vous êtes en contrat à temps partiel imposé, etc., etc. ... Non, n'acceptez pas "cà", votre métier est trop mouvant, instable, fluctuant, à la limite de l'anticonstitutionnel....

•• Allez voir  >>>


 

 

 


22/04/2014

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 773 autres membres